Pause d’un implant dentaire : pourquoi faut-il arrêter le tabac ?

Lorsque l’on se fait poser un implant dentaire, continuer de fumer n’est pas recommandé pour plusieurs raisons. Pour en savoir plus à ce sujet, nous nous sommes rendus dans un cabinet d’implantologie dentaire dans les Côtes d’Armor.

Qu’est-ce qu’un implant dentaire ? En quoi  consiste cette technique ?

Un implant dentaire est une sorte de racine artificielle que le dentiste va venir fixer sur la mâchoire à la place de la dent manquante ou endommagée, afin de la remplacer le plus naturellement possible.  Sur cet implant, le praticien dentaire viendra fixer une couronne, un bridge ou bien encore une prothèse dentaire. Le choix se fera en fonction de votre cas particulier, de vos antécédents, de vos attentes mais également de votre budget en fonction du prix de l’implant dentaire.

Une fois que le dentiste aura fixé l’implant sur la mâchoire, la chair de la mâchoire viendra se reformer autour, ce qui permettra un rendu très naturel.

Pourquoi fumer n’est pas bon lorsqu’on a un implant dentaire ?

Fumer n’est pas souhaitable lorsqu’on vient de subir la pose d’un implant dentaire ou que l’on porte déjà une prothèse dentaire, pour plusieurs raisons, que voici :

– Fumer ralentit le processus de cicatrisation. Cela est dû aux effets de la nicotine qui d’une part provoque un rétrécissement des vaisseaux sanguins autour de la zone d’implantation, d’autre part un ralentissement de la coagulation sanguine. Fumer peut également être un facteur de risque d’infection.

– Chez un fumeur comme nous l’avons dit précédemment, la cicatrisation va être ralentie ce qui va également avoir une incidence sur la phase de récupération, plus longue que pour un patient non-fumeur. Le tissu conjonctif qui doit naturellement se reformer autour de l’implant dentaire, mettra plus de temps à se faire. Le patient devra patienter le temps de cette phase de récupération avant que le dentiste puisse lui placer ce qu’il aura choisi en fonction de son prix : prothèse dentaire, couronne, ou encore bridge.

– Le problème de la plaque dentaire et du tartre est également une chose inhérente au patient fumeur. Cela les rend plus sensibles aux gingivites ou aux autres maladies des gencives qui touchent les tissus de soutien de la dent (parodontite). Lors de la mise en place d’un implant dentaire une perte osseuse peut se produire. Ce risque est 3 fois plus élevé chez un patient fumeur.

– Pour éviter l’échec de l’implant qui est 3 à 4 fois plus important chez un patient fumeur (particulièrement si cet implant n’est pas de bonne qualité) ou pour avoir une meilleure reconstruction osseuse, le mieux est encore d’arrêter de fumer pour mettre toutes les chances de son côté.

Aux États-Unis notamment, il est recommandé d’arrêter de fumer une à deux semaines minimum avant une première intervention dans un cabinet d’implantologie dentaire, et au moins 2 mois après la pose d’un implant. Aucune étude n’a démontré que procéder ainsi augmenté les chances d’une prise rapide de l’implant, le mieux est donc encore d’arrêter définitivement le tabac !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire