Historique du tabac

L’utilisation de substances psychoactives, comme le tabac, existe depuis l’origine de l’humanité.

L’utilisation du tabac a été retrouvée dans des rites chamaniques, puis chez les Indiens d’Amérique. Cette plante était parée de certaines “vertus”. Son arrivée en Europe bouleversa en quelques siècles notre civilisation, tandis que la fabrication de cigarettes explosait.

Les origines du tabac

La consommation de tabac en Amérique remonte à des milliers d’années, aussi bien en Amérique du Sud que dans la vallée du Mississipi. On sait qu’au premier siècle avant Jésus-Christ, les Mayas de l’Amérique centrale fumaient du tabac au cours des cérémonies religieuses. Des siècles plus tard, l’usage du tabac s’était répandu à diverses régions de l’Amérique du Nord et de l’Amérique du Sud.

Le tabac est une solanacée, comme la tomate et la pomme de terre. Il en existe de nombreuses variétés, dont Nicotiana tabacum et Nicotiana rustica. Après floraison, le plant était étêté, les grandes feuilles soumises à dessiccation, à fermentation et parfois au boucanage. Les indigènes appelaient cette plante pétun. Le nom de tabac viendrait soit de l’île de Tobago, dans l’archipel des Petites Antilles où le tabac était cultivé, soit de la ville de Tabasco au Mexique, soit du nom que les indigènes donnaient à leur pipe, tobaco.

Ce tabac était fumé au quotidien, mais également dans des grandes fêtes religieuses par les Incas et les Aztèques. Le tabac était paré de certaines vertus : calmer la faim et lutter contre la fatigue. Il était aussi utilisé comme plante médicinale, soit pur, soit associé à des feuilles de coca ou à d’autres plantes, ainsi que dans des rites chamaniques, sous forme de décoctions.

La découverte de l’Amérique et du tabac

Depuis la nuit des temps, le fait de fumer des plantes fait partie des coutumes de l’humanité, avec un rôle religieux, ou un rôle thérapeutique. Les Romains inventèrent la pipe, du latin pipa, tuyau. Ils ne fumaient pas du tabac, qui n’existait pas en Europe, mais des feuilles de poirier ou d’eucalyptus. C’est, au XVe siècle, l’aventure de Christophe Colomb et de ses compagnons, partis à la recherche des Indes, mais découvrant par hasard le Nouveau Monde, en abordant les côtes américaines au large de Cuba, qui mit le “feu aux poudres”.

Christophe Colomb donna aux habitants le nom d’Indiens, car il croyait être sur la côte Est des Indes. C’est ainsi que Las Casas, compagnon de Christophe Colomb, découvre, le 28 octobre 1492, à Cuba, des feuilles appelées pétuns, dont autant d’hommes que de femmes aspirent la fumée à partir d’un tison (tobaco), fait de feuilles roulées. Certains indiens chiquaient en mélangeant du tabac à de la chaux et la mâchonnaient longuement.

Laisser un commentaire